Sous le ciel d’Alice | VF | HD :

Regarder Sous le ciel d’Alice streaming vf

Lien de telechargement :

Telecharger Updownload HD 720p (VF)

Sous le ciel d’Alice

Sous le ciel d’Alice
Réalisateur(s) : Chloé Mazlo
Acteur(s) : Alba Rohrwacher, Wajdi Mouawad
Catégorie(s) : Comedie, Drame
Version : HD - VF

Sous le ciel d’Alice synopsis :

Dans les années 1950, Alice quitte sa patrie suisse pour le Liban, un pays ensoleillé et exubérant où elle connaît les meilleures années de sa vie. Dans les années 1970, la guerre civile fait son apparition dans le paradis d’Alice et elle fera de son mieux pour se protéger de l’inévitable, refusant de céder au désespoir.

Titre original : SKIES OF LEBANON

3 Commentaires pour le film “Sous le ciel d’Alice” :

  1. Entretien avec la réalisatrice Chloé Mazlo

    Je voulais parler de la guerre comme me le disait ma famille. Le personnage d’Alice est très inspiré de ma grand-mère. Elle est suisse, mais elle a déménagé au Liban vers 1955. Ce personnage plutôt radieux et perspicace est la porte d’entrée vers la En fait, elle s’est sentie renaître à son arrivée au Liban. Son expérience a soulevé plus de questions que si elle avait été libanaise. Il est difficile de transmettre son attachement à un pays parce que ce n’est pas rationnel. Nous avons du mal à comprendre pourquoi nous tombons amoureux de un pays qui n’est pas le nôtre.

    Au début, je voulais réaliser un film sérieux et naturaliste. Au bout d’un moment, j’ai réalisé que ce n’était pas comme ça que je parlais ni que je réalisais des films. J’avais besoin que le fondement émotionnel de l’histoire soit tourné. Quand mon co-scénariste, Yacine Badday, et moi-même avions des doutes sur les réactions des personnages, j’allais chez ma grand-mère pour poser des questions sur leur expérience.

    J’avais décidé que nous n’utiliserions l’animation qu’en cas de nécessité absolue. Cette technique ne doit pas être utilisée systématiquement: à chaque fois qu’elle réfléchit ou rêve… L’animation devait vraiment faire partie de l’histoire. Je sentais que je me rapprochais de la vie de cette façon, plutôt que de faire un documentaire standard.

  2. À propos de SKIES OF LEBANON (SOUS LE CIEL D’ALICE)

    Pour son premier long métrage, Chloé Mazlo dresse un portrait du Liban du point de vue de son histoire familiale. Son principal succès est de montrer la complexité de cette tragédie en quelques coups. De plus, il ne faut pas oublier que le grand cinéma se révèle souvent dans les gestes les plus triviaux. La modestie des personnages ne les laissera pas pleurer ensemble, mais la façon dont ils sont vus et abattus par Chloé Mazlo montre à quel point vous êtes digne et courageux dans leur résistance. La façon dont elle fusionne les images en direct et l’animation révèle la virtuosité d’un cinéaste profondément intelligent et sensible.

  3. Chloé Mazlo livre un premier long métrage très original et extrêmement charmant, abordant l’histoire du conflit libanais à travers une histoire d’amour, une famille et une approche à la fois poétique et mélancolique.

    De nombreux films ont été durement touchés par la crise du Covid-19, contraints de rester avec des dates de sortie repoussées de plus en plus loin, avant de sortir pratiquement en masse dans les salles de cinéma alors que d’autres événements et productions se profilaient à l’horizon. Parmi ces œuvres un peu sacrifiées par notre époque, certaines méritent pourtant vraiment notre attention. C’est le cas de Skies of Lebanon, le premier long métrage de la réalisatrice française Chloé Mazlo, labellisé par la Semaine de la critique de Cannes 2020 et enfin dans les salles françaises à partir du 30 juin, distribué par Ad Vitam.

    “Je veux marcher avec toi le long du chemin qui mène au ciel”. Nous sommes à Beyrouth, dans les années 50, et Alice (l’actrice italienne Alba Rohrwacher), qui a fui sa famille suisse pour travailler au Liban dans une famille d’expatriés, rencontre le jeune étudiant universitaire en astrophysique Joseph (Wajdi Mouawad) dont l’ambition est de construire une fusée pour envoyer un de ses compatriotes dans l’espace. Une idylle délicate, un mariage, la naissance d’une fille, le temps qui passe allègrement – jusqu’au 13 avril 1975, où une fusillade éclate en ville. C’est le début de la guerre civile… Un conflit qui bouleverse progressivement toute l’existence d’Alice et Joseph, de leur fille Mona, et du reste de la famille qui vient se réfugier dans l’appartement des deux protagonistes, vite emballé (“c’est comme un hôtel, ici !”). Alors que les négociations sont relayées par la radio et que la violence s’intensifie, rendant le quotidien de plus en plus effrayant, une question cruciale se pose : partir, ou rester ? Ce choix fait remonter à la surface des désaccords profonds au sein du couple, au-delà même des questions d’amour et d’émotion….

    “Créer des moments magiques malgré tout”. En abordant un sujet historique aussi dramatique, Chloé Mazlo aurait pu emprunter les chemins déjà balisés par de nombreux films traitant de la guerre via le microcosme de la famille. Mais cette cinéaste, issue du monde de l’animation, est une artiste dotée d’une personnalité très singulière et livre un film très personnel, dans un style unique. Ponctué de moments d’animation poétiques et artisanaux en stop-motion, Ciel du Liban construit un univers fictif autour d’un appartement aux décors fascinants et la patine du Super 6 (merveilleusement exploitée par la directrice de la photographie Hélène Louvart) constitue une toile de fond parfaite pour que s’épanouisse le talent d’Alba Rohrwacher et le cœur de cette histoire fascinante. Sur un scénario écrit par le réalisateur avec Yacine Badday, ce récit entremêle destins individuels et secousses collectives, comme une série de photos de famille détaillant un voyage dans le temps vers un paradis retrouvé avant d’être perdu.