Mes frères et moi | VF | HD :

Lien de telechargement :

Telecharger Updownload HD 720p (VF)

Mes frères et moi

Mes frères et moi
Réalisateur(s) : Yohan Manca
Acteur(s) : Dali Benssalah, Judith Chemla, Maël Rouin Berrandou
Catégorie(s) : Drame
Version : HD - VF

Mes frères et moi synopsis :

Un garçon de 14 ans grandit dans une cité du sud de la France avec ses quatre frères et leur mère dans le coma.

Titre international : My Brothers and I

2 Commentaires pour le film “Mes frères et moi” :

  1. Mes frères et moi explore magnifiquement les subtilités de ce que signifie être une famille, grandir trop tôt, et apprendre à se trouver soi-même malgré ce que les autres ont prévu pour vous. Le réalisateur et scénariste Yohan Manca construit une riche histoire du jeune Nour (Maël Rouin Berrandou), le plus jeune de quatre frères, et de son exploration de ce que signifie être un homme tout en vivant dans l’ombre de ses frères. Du cadre, le sud de la France, aux performances, Manca réussit à dépeindre la vie de ces hommes avec un réalisme grinçant que vous ne pouvez pas vous empêcher de les soutenir.

    Le cœur de cette histoire est sans aucun doute les quatre frères. Nour, chargé de s’occuper de leur mère comateuse à l’âge de quatorze ans, est à un moment de sa vie où il sent qu’il doit être capable de subvenir aux besoins de sa famille au lieu de rester un enfant. L’histoire commence au début des vacances d’été et déjà, Manca met en évidence les deux moitiés qui tirent Nour – l’adolescent impatient de connaître les joies de l’été et l' »homme » de la famille assez âgé pour commencer à travailler pendant l’été. La vie de Nour est en grande partie dictée par ses trois frères aînés qui représentent tous des interprétations différentes de la « virilité ». Heidi (Moncef Farfar), l’aîné après Nour, tire sa virilité de la vente de drogue et du défi à l’autorité. Il parvient à payer les frais médicaux de sa mère mais éprouve un dégoût croissant à l’idée de ne pas pouvoir vivre la vie qu’il a toujours voulue. Mo (Sofian Khammes), quant à lui, est heureux de la vie qu’il mène et passe son temps à prendre soin de son corps afin de l’utiliser pour payer ses factures. Il est sans aucun doute le « nourricier » de la bande et se soucie profondément du bien-être de ses frères. Abel (Dali Benssalah), l’aîné, a pris sur lui d’être le patriarche du groupe afin de s’assurer que leur mère et leur famille soient prises en charge. Il est stoïque et sévère avec Nour, ce qui découle de l’inquiétude qu’il ressent pour son frère.

    L’alchimie entre les quatre acteurs est émotionnelle et brute. Chaque interaction qu’ils ont est authentique et crédible. Au centre se trouve Nour qui, comme ses frères, se soucie profondément de sa famille, mais qui veut aussi grandir et explorer son amour de l’opéra. Naturellement, tout le monde autour de lui considère cette passion comme une perte de temps, car ce n’est pas un « vrai » travail. Cependant, Sarah (Judith Chemla), l’entraîneur de l’Opéra, voit quelque chose en Nour que lui et ses frères ne voient pas : le potentiel. Le potentiel de l’homme qu’il pourrait devenir et le potentiel de la vie qu’il pourrait choisir de vivre.

    L’exemple le plus proche de ce film serait Moonlight de 2016. Deux garçons appauvris doivent grandir trop tôt et sont confrontés à des vies qu’ils ne veulent pas vivre. Grâce aux actions d’étrangers, leur potentiel de croissance au-delà des limites de la masculinité toxique est élargi.

    En bref, Mes frères et moi parle d’amour. Apprendre à aimer ce que l’on fait, apprendre à aimer sa famille, et par-dessus tout, apprendre à s’aimer soi-même.

  2. Autre entrée spectaculaire dans la section Un certain regard, Mes Frères et Moi de Yohan Manca. L’histoire suit Nour (Maël Rouin Berrandou), un garçon de 12 ou 13 ans qui vit dans le sud de la France avec ses trois grands frères : l’aîné Abel (Dali Benssalah), dominateur mais protecteur, le séducteur déchiré Mo (Sofian Khammes) et Hédi (non crédité), rebelle et irrévérencieux. Leur père est décédé et leur mère est sous assistance respiratoire ; au grand dam de leur oncle, ils la gardent à la maison et mettent en commun l’argent qu’ils peuvent pour payer ses soins. C’est les vacances d’été et Nour est en train de peindre son école dans le cadre d’un service communautaire, tandis que d’autres activités se déroulent dans le bâtiment.

    Nour entend la voix puissante de Pavarotti et est immédiatement fasciné, jouant la musique à plusieurs reprises pour sa mère. Il constate que le son provient d’un cours de chant donné par la célèbre chanteuse d’opéra Sarah (Judith Chemla) et la découverte de son talent commence. Il trouve un équilibre entre ses frères, qui le malmènent parfois, ses devoirs au sein de la communauté et les soins qu’il doit apporter à sa mère, et sa nouvelle passion. Pendant ce temps, les trois frères de Nour ont leurs propres soucis, de la prise en charge de leur mère au trafic de drogue et à leur sexualité. Abel désapprouve le nouveau hobby de Nour et le pousse à trouver un vrai travail pour payer les médicaments de leur mère, mais cela ne décourage ni Nour ni Sarah. Le film passe de moments de colère, d’hostilité et de brutalité à des comédies légères et tendres, imitant l’humeur changeante d’une maison pleine de famille.

    Le jeu des quatre acteurs principaux est d’une humanité et d’un naturalisme remarquables. Khammes a été applaudi lors de la première du film à Cannes pour une scène hilarante à en pleurer, dans laquelle il tente de flirter avec une riche Hollandaise plus âgée. Sa performance dans le rôle de Mo, stupide et narcissique mais finalement doux et attentionné, est sans aucun doute le point culminant du film, tout comme le travail de Berrandou, un nouveau talent, à la fois chanteur et acteur. Chemla incarne le mentor parfait pour Nour en tant que professeur distant mais passionné, n’essayant jamais de se glisser dans la peau de sa mère mais ressentant toujours autant sa passion et le talent des autres.

    L’un des films les plus humains, les plus tendres et les plus comiques de Cannes cette année, avec un jeu d’acteurs exceptionnel – un candidat sérieux au Prix du Jury.