L’Oiseau De Paradis | VF | HD :

Regarder L’Oiseau De Paradis streaming vf

Lien de telechargement :

Telecharger Updownload HD 720p (VF)

L’Oiseau De Paradis

L’Oiseau De Paradis
Réalisateur(s) : Paul Manate
Acteur(s) : Ahura Temaru, Blanche-Neige Huri, Sebastian Urzendowsky
Catégorie(s) : Drame, Fantastique
Version : HD - VF

L’Oiseau De Paradis synopsis :

Alors que Teivi n’est qu’un ambitieux jeune homme de la jeunesse dorée tahitienne, son lointain cousin Yasmina est un propriétaire maori de plein sang d’un mystérieux cadeau qui l’a isolée du monde. Leurs chemins se heurteront.

Titre international : Paradise

1 commentaire pour le film “L’Oiseau De Paradis” :

  1. Le premier long métrage de Paul Manate de Polynésie voit les profondeurs de la nature sauvage et les liens ancestraux se heurter à la corruption des esprits et de l’économie

    “Qui êtes-vous? Qui sont vos proches? En vain je vous ai interrogé. En vain j’ai forcé un fantôme solitaire, votre messager, à vous révéler le secret de ce que nous sommes, un rêve polynésien.” Venu pleurer la tombe de son père, homme de lettres et délégué de la République française qui avait “passé toute sa vie à œuvrer pour la liberté et la dignité du peuple polynésien” (comme l’indique son épitaphe) – Teivi écoute sa sœur rend hommage au défunt, sous un ciel bleu parfait. Comme toujours, son visage «à moitié et à moitié» d’une race métisse tahitienne ne révèle presque aucune émotion, tel est le caractère insaisissable de ce jeune attaché parlementaire, qui est l’un des deux protagonistes du Paradis, Paul Manateest le premier long métrage qui sortira directement en VOD le 24 mai, avec l’aimable autorisation d’ UFO Distribution et de Premium Films.

    Au bord d’une petite rivière qui se jette dans l’océan Pacifique, des véhicules de construction préparent le chantier du projet Tahiti Millenium, un développement hôtelier de luxe soutenu par le député Gilot (belge Patrick Descamps ), qui est aussi le parrain et employeur de Teivi (allemand acteur Sebastian Urzendowsky ). En face, des huttes de fortune abritent une petite communauté mauri dont l’expulsion sera bientôt accélérée par un cas d’empoisonnement très commode affectant les eaux locales, discrètement effectué la nuit par Teivi, qui ne se soucie pas de questions morales, préférant au contraire occupé avec des excursions et des sorties en boîte de nuit.

    C’est au milieu de cette société à deux vitesses que se déroule notre histoire, dont l’autre côté est incarné par Yasmina ( Blanche-Neige Huri), une lycéenne qui a du mal avec ses cours et qui n’a pas beaucoup de look (elle est d’un type plus gros et plus costaud). Depuis deux ans, cette pauvre parente de Teivi est sous la tutelle de la (très grande) famille de sa tante, suite au décès tragique et mystérieux de sa mère et au rejet subséquent simple de son père pêcheur. Mais c’est une île, un espace où, malgré des différences criantes, règne une forme d’interdépendance, qui prend également racine dans une culture et un inconscient collectif très proches des forces de la nature. En effet, Yasmina – pour qui Teivi occupe un poste de femme de chambre dans les hébergements touristiques – est connue pour avoir hérité des pouvoirs de sa mère à Tahu’a (sorcellerie, guérison, voyance) et sa rencontre provoque une commotion obsessionnelle, dangereuse et transformatrice dans l’indolent de Teivi, vie amorale…

    Une histoire de désir de renouer avec l’innocence perdue de l’enfance et avec les valeurs fondamentales d’une terre où des cascades brillent au clair de lune, nichée au milieu d’une jungle luxuriante, le paradis mélange avec succès le réalisme social et le mysticisme onirique, la représentation de deux chemins individuels et celle d’une société en proie au roulage et au négoce, le tout à travers un complot bien construit (écrit par le réalisateur en collaboration avec Cécile Ducrocq ). Dans une histoire à la limite d’un thriller, Paul Manata développe lentement et habilement une atmosphère de ramifications multiples et profondes. Son recours à de nombreux acteurs non professionnels ancre le film dans la crédibilité, sa mise en scène calme et maîtrisée donne du relief aux couleurs intéressantes produites par le directeur de la photographieAmine Berrada (qui a déjà été acclamée par The Unknown Saint [ + ] ) et, dans l’ensemble, le long métrage réalise l’exploit (pas si facile) de juxtaposer des ingrédients de saveurs très distinctes, ainsi que de mettre en lumière la sorcellerie poétique de la Polynésie française ancestrale et ses images parfaites, qui sont malheureusement si sensibles à la prédation économique.

    Produit par Nicolas Brevière pour le compte de Local Films, Paradise a été coproduit par Filmin’Tahiti, A perte de vue et Anaphi Studio. Les ventes internationales sont entre les mains de MPM Premium.