La Daronne | VF | HD :

Regarder La Daronne streaming vf

Lien de telechargement :

Telecharger Updownload HD 720p (VF)

La Daronne

La Daronne
Réalisateur(s) : Jean-Paul Salomé
Acteur(s) : Farida Ouchani, Hippolyte Girardot, Isabelle Huppert
Catégorie(s) : Comedie, Policier, Top
Version : HD - VF

La Daronne synopsis :

Basé sur le roman d’Hannelore Cayre, l’histoire est centrée sur Patience Portefeux, une traductrice franco-arabe sous-payée et surchargée de travail chargée de la surveillance téléphonique pour une unité de police des stupéfiants. Lorsqu’elle se rend compte qu’elle connaît la mère d’un des trafiquants de drogue, Patience décide de le couvrir et s’implique de plus en plus profondément dans le monde du trafic de drogue. Bientôt, elle utilise ses connaissances d’initiés et ses ressources policières pour créer son propre réseau criminel et gagne le nom de Mama Weed.

3 Commentaires pour le film “La Daronne” :

  1. Isabelle Huppert devrait jouer le rôle de trafiquant de drogue dans «La Daronne» de Jean-Paul Salomé , une comédie policière basée sur le roman populaire de Hannelore Cayre.

    Le film est produit par Kristina Larsen aux Films du Lendemain et Jean-Baptiste Dupont à La Boetie Films. Orange Studio vient de se joindre à nous pour gérer les ventes internationales. Le Pacte distribuera en France. «La Daronne» a également été préacheté par Canal Plus et OCS.

    Le tournage devrait commencer la semaine prochaine à Paris. Avec un budget de 5,8 millions d’euros (6,6 millions de dollars), «La Daronne» met en vedette Huppert dans le rôle de Patience Portefeux, traductrice franco-arabe travaillant pour l’équipe anti-drogue à Paris. Un jour, elle se met à aider le fils d’une femme en difficulté en guise de faveur et se retrouve mêlée à une transaction de drogue ratée, héritant d’un tas de cannabis. Tout en conservant son travail au sein de l’équipe anti-drogue, Patience passe de l’autre côté et devient un trafiquant de drogue bien connu.

    Salomé («Arsène Lupin») a écrit le scénario avec l’auteur du roman, Cayre, qui est un avocat spécialisé dans la justice pénale, et en collaboration avec son fils, Antoine Salomé. “Parce que le roman a été écrit par un avocat de la justice pénale qui connaît précisément la pègre de la drogue à Paris,” La Daronne “est très réaliste, mais drôle”, a déclaré Jean-Paul Salomé, ajoutant que Huppert “est entièrement dédié au film et a été apprendre l’arabe pour le rôle. »

    Salomé a présidé l’organisation de promotion française UniFrance pendant près de cinq ans, jusqu’en 2017.

    L’équipe clé du film comprend le directeur de la photographie Julien Hirsch («Eva», «Lady Chatterley»), le compositeur de musique Bruno Coulais (« L’artiste ») et la costumière Marité Coutard («Mon Roi»).

  2. La réputation internationale du réalisateur Jean-Paul Salomé devrait s’étendre de manière significative avec son huitième long métrage, La Daronne alias Mama Weed , adapté d’un célèbre roman d’Hannelore Cayre et mettant en vedette l’inimitable Isabelle Huppert. La comédie policière, produite par Jean-Baptiste Dupont ( Me, Myself and Mum , 2013) et Kristina Larsen ( Farewell, My Queen , 2012) est écrite par Bruno Calais (nominé aux Oscars pour The Chorus en 2004 ) et présente un casting de soutien reconnu, y compris Hippolyte Girardot, Liliane Rovere (de Blier’s Get Out Your Handkerchiefs , 1978), Iris Bry (récemment nommée Cesar pour The Guardians), Jade Nadja Nguyen, Youssef Sahraoui, Kamel Guenfoud et Farida Ouchani (récemment de The World is Yours, 2018).

    Contenu essentiel : Patience Portefeux (Huppert) est une interprète judiciaire franco-arabe spécialisée dans les écoutes téléphoniques. Mais Patience découvre une opportunité d’infiltrer un réseau de drogue et devient ainsi «la Daronne» de Belleville.

    Date de sortie / prédiction : Salome a terminé la production fin 2018 et une sortie en salles en France a été annoncée pour mars 2020. Avec la tête d’affiche de Huppert, nous pensons que Mama Weed a une bonne chance de se présenter à Berlin.

  3. La Daronne de Hannelore Cayre se retrouvera probablement sur mon best of 2018. Rencontrez Patience Portefeux, 53 ans, veuve avec deux filles adultes, un petit ami dans la police et une mère dans une maison de retraite. Elle est une traductrice sous-payée de l’Arabe pour le ministère français de la Justice.

    En tant que traductrice et interprète, Patience passe des heures et des heures à traduire et à transcrire des conversations entre des trafiquants de drogue et d’autres criminels. Elle passe également des heures au palais de justice, assistant lors d’audiences et d’interrogatoires. Elle a des difficultés financières: ses filles sont à l’université, la maison de retraite coûte un bras et une jambe, son travail paie des indemnités au lieu du salaire, ce qui signifie pas d’argent pour la retraite.

    Alors, un jour, elle saisit une opportunité et franchit la ligne rouge et utilise ce qu’elle entend pendant son travail pour détourner une énorme quantité de marijuana. Elle devient La Daronne , le patron d’un petit réseau de distribution. (En français, daronne est un mot d’argot pour dire Ma .)

    J’attendais l’édition de poche pour lire La Daronne , un livre qui a remporté un prix aux Quais du Polar l’année dernière. J’ai commencé à le lire pendant que je faisais la queue au festival de cette année. Je ne peux pas vous dire combien de temps j’ai attendu, j’étais trop absorbé par l’histoire pour me plaindre ou m’impatienter. J’attendais que Hannelore Cayre arrive et signe ses livres. Nous avons bavardé un peu, elle a été stupéfaite par la file de lecteurs qui l’attendaient. Mais après avoir lu La Daronne, je ne suis pas surpris que les lecteurs aient voulu la rencontrer.

    Comme je l’ai dit, j’ai été pris dans son livre dès les premières pages. Tout m’a attiré: le ton vif de Patience, son parcours inhabituel, les autres personnages qui l’entourent, l’histoire originale et la plausibilité de celle-ci. Contrairement à Arctic Chill , cette intrigue ne ressemble pas à du déjà vu.

    La patience semble réelle. Elle a les problèmes de son âge: elle est prise en sandwich entre les frais universitaires et les frais de maison de retraite, entre ses filles et s’occupe de sa mère vieillissante. Les descriptions de la maison de retraite sont vives, précises, grossières mais sans pathétique. J’ai adoré l’irrévérence de Patience. La politesse politique n’est pas son deuxième prénom et j’ai adoré.

    Si vous voulez imaginer le ton de ce livre, son humour noir, sa franchise et son exploration des coins sales de la société française, pensez à Apocalypse Baby de Virginie Despentes.

    La Daronne est un voyage rapide dans la vie de Patience mais aussi un voyage dans le quotidien de la petite criminalité vue de tous côtés: l’écosystème des trafiquants de marijuana, le travail sans fin des policiers pour les attraper et le système judiciaire pour les juger.

    Hannelore Cayre est criminaliste. Elle connaît parfaitement les tenants et les aboutissants du système judiciaire français. Ce qu’elle écrit sur le statut des traducteurs est vrai. Et si choquant. Imaginez que le ministère de la Justice, celui chargé de faire appliquer les lois de ce pays ne puisse pas se permettre de payer des charges sociales sur le travail des traducteurs et ait trouvé une astuce pour éviter de les payer. Comment est-ce possible? Surtout quand on sait que les entreprises privées doivent vérifier tous les six mois que les fournisseurs avec lesquels elles font plus de 5000 euros d’activité par an ont payé leurs charges sociales. Imaginez la paperasse. Et les mêmes politiciens qui imposent ces chèques inutiles au secteur privé ferment les yeux sur le ministère de la Justice qui n’emploie que des pigistes pour éviter les coûts sociaux en raison de problèmes budgétaires? Vraiment,

    Mais revenons à Patience. Sachant tout cela, pouvons-nous vraiment la juger pour avoir franchi les limites morales? Hannelore Cayre met une lumière peu flatteuse sur ce coin de notre monde. C’est révélateur, rafraîchissant, nouveau et engageant. C’est la vraie France, pas celle de la carte postale.

    C’est un livre sur la tragédie de la traduction, du moins pour le moment. J’ai vu que ses livres précédents avaient été traduits en allemand, celui-ci pourrait le faire aussi.

    Une dernière citation, juste pour le plaisir.