Josep | VF | HD :

Regarder Josep streaming vf

Lien de telechargement :

Telecharger Updownload HD 720p (VF)

Josep

Josep
Réalisateur(s) : Aurel
Acteur(s) : Bruno Solo, Gérard Hernandez, Sergi López
Catégorie(s) : Animation, Historique, Top
Version : HD - VF

Josep synopsis :

C’est un film sur l’acte de dessiner, sa signification et son impérieuse nécessité.

2 Commentaires pour le film “Josep” :

  1. Aurel signe un magnifique film d’animation sur la Retirada, l’exode douloureux vers la France en 1939 du peuple espagnol antifrancoiste, à travers l’histoire de l’artiste Josep Bartoli

    “C’est amer. Nous nous y habituons si nous n’en mourons pas.” Le réalisateur français Aurel et le scénariste Jean-Louis Milesi ont choisi d’aborder un sujet brûlant dans leur remarquable film Josep, récipiendaire d’un label de sélection officielle Cannes 73 et dévoilé au Marché du Film en ligne. En février 1939, après la prise de Barcelone par la franquiste Falange Española, près de 500 000 républicains espagnols traversèrent les Pyrénées pour trouver refuge en France où ils furent mis dans des camps, dans des endroits comme Argelès et Rivesaltes. Parmi eux, le dessinateur de journaux Josep Bartoli dont le film suit le chemin, à travers l’histoire d’un policier français bien plus gentil que la norme.

    «Ces sauvages peuvent mourir chez eux». Battus et humiliés par leurs gardes français sadiques, les réfugiés espagnols tentent de survivre derrière les barbelés: «Nous laissons ceux qui ont combattu le fascisme mourir de faim et de maladie. Il n’y a pas d’eau potable ni de médecins, mais la gale, le scorbut, le typhus et la famine. » Josep, quant à lui, dessine tout ce qu’il voit, partout où il peut, au sol, sur les murs, et attire ainsi l’attention de Serge, un jeune et gentil policier qui va bientôt l’aider en secret. C’est en fait Serge, aujourd’hui, au lit et en passe de mourir, qui raconte cette histoire à son petit-fils adolescent Valentin, dont la curiosité a été suscitée par un dessin au mur.

    Amitié et solidarité entre hommes et femmes emprisonnés, travaux forcés, brimades et viols, conflits internes entre communistes, trotskystes et anarchistes, tentation dangereuse de retourner au pays d’origine, espoir de Josep de retrouver sa compagne Maria Valdès qui a disparu pendant l’exode, Serge de Serge. propre enquête sur sa disparition, la présence de tirailleurs sénégalais («-J’entends que vous traînez avec les nègres. -En tant que colonisés, ils sont français comme vous et moi.»), évasion et retrouvailles après la guerre au Mexique où nous apercevons brièvement Frida Kahlo , la publication de la collection de dessins Campos de concentración, une exposition post-mortem à New York du travail de Josep Bartoli: le film retrace le destin de l’artiste politiquement engagé et dévoile le rôle honteux joué par la police française pendant la Seconde Guerre mondiale («Je faisais des choses qu’on demandait à un policier français à faire, et ces choses n’étaient pas toujours jolies. J’ai parfois donné un coup de main à la Gestapo. J’ai laissé tous ces gens monter dans ces trains… »).

    Une leçon d’histoire fascinante dirigée de main de maître par Aurel, exploitant au maximum les dessins exceptionnels de Bartoli insérés avec fluidité dans un ensemble très sophistiqué, en partie grâce à une utilisation inventive des transitions et un jeu subtil entre le noir et blanc et la couleur. Soulignant le pouvoir salvateur de l’art et de l’esprit de résistance dans un environnement hostile, Josep fait parfaitement écho aux paroles de son protagoniste: «de belles idées, si elles ne rencontrent pas une belle personne, elles deviennent la mort.» Cependant, Josep est bien vivant.

    Produit par Serge Lalou pour Les Films d’Ici Méditerranée et coproduit par France 3 Cinéma , par la société espagnole Imagic Telecom et par les studios Les Films du Poisson Rouge , Lunanime (Belgique), Promenons nous dans les bois, Tchak, Les Fées Spéciales et Effecto, Josep sortira dans les salles françaises le 30 septembre chez Sophie Dulac Distribution. Les ventes internationales sont gérées par The Party Film Sales.

  2. L’agent commercial parisien Doc & Film International a obtenu les droits internationaux du premier long métrage d’Aurélien Froment (connu sous le nom d’Aurel), «Josep», qui a été présenté mardi lors d’une session WIP bien remplie au Festival d’Annecy.

    Le long métrage est un portrait émouvant et magnifiquement conçu de Josep Bartolí, l’illustrateur, soldat, scénographe et peintre catalan qui a combattu pendant la guerre civile espagnole et s’est enfui au Mexique après s’être échappé d’un camp de concentration. Aux États-Unis, il faisait partie du groupe d’artistes influent de 10th Street, qui comprenait des sommités comme Willem de Kooning et Jackson Pollock. Après avoir atterri sur la liste noire du sénateur Joseph McCarthy pendant son mandat à Hollywood, Bartolí a été contraint de fuir au Mexique. Il mourut à New York à l’âge de 85 ans, laissant un héritage artistique remarquable et pourtant mal reconnu.

    L’étonnant parcours de vie de Bartolí a inspiré le film, une véritable histoire d’amour et un hommage à une passion pour le dessin. «Reprendre Josep était une décision naturelle», a déclaré Daniela Elstner chez Doc & Film.

    «’Josep’ est un film sur l’acte de dessiner, sa signification et sa nécessité impérative. À l’heure où tout le monde est submergé par tant d’images, nous croyons en son message politique, en la vision poétique d’Aurel, mais aussi en l’équipe incroyable qui travaille avec lui.

    Elstner a exprimé sa confiance quant au vaste attrait de «Josep». «L’histoire de Bartolí est universelle et intemporelle: nous aurons toujours besoin d’artistes sincères capables de nous interpeller à travers leurs dessins, pour nous offrir de nouvelles perspectives de débat», a-t-elle déclaré. «Tout comme Bartolí, Aurel vient de cet espace où le dessin est un engagement. Ces similitudes entre les deux rendent ce projet très spécial pour nous.

    «Josep» est produit par Serge Lalou aux Films d’Ici Méditerranée, en coproduction avec Les Films du Poisson Rouge, In Efecto, Tchack, Les Films d’Ici, le Belge Lunanime et Promenons-nous dans les bois, Barcelone- basé à B-Water Studio et Guilhem Pratz en tant que producteur associé. La chanteuse espagnole Silvia Pérez Cruz («Une nuit de douze ans», «La fureur d’un homme patient») composera la bande originale du film. Le scénario est écrit par Jean-Louis Milesi («Où est le cœur», «Lino»), un collaborateur fréquent de l’auteur français Robert Guediguian.

    Aurel a expliqué que le film comportera deux segments principaux, «un contemporain et un autre, basé sur la mémoire. Le premier propose une approche plus «classique» de l’animation. La partie axée sur la mémoire est beaucoup plus basée sur des dessins.

    Il a poursuivi: «Les dessins sont ce que je fais. Ce que Josep a fait. Nous sommes des graphistes. Artistes de dessin. Nous essayons de transcrire le mouvement en une image non-mouvementée. Nous essayons de capturer l’action réelle et de la résumer en un seul dessin. C’est ce que j’essaie d’explorer dans cette partie du film, comme si nous invitions les spectateurs à regarder le travail de l’illustrateur par-dessus son épaule… branché sur sa propre imagination.

    Lors de la session WIP, Aurel a décrit le processus dans plusieurs scènes encore au stade conceptuel, du découpage à l’incorporation de la couleur et de l’animation. Il a dit avoir créé des dessins de référence pour les studios d’animation avec du papier de mauvaise qualité, du charbon de bois, des crayons et de vieux pinceaux trempés dans de l’eau sale, pour un effet évocateur.

    «Josep» devrait sortir au printemps 2020. Il sortira en France via Sophie Dulac Distribution.

    Le français, l’anglais, le catalan et l’espagnol seront parlés dans le film, dont le casting de voix comprend Sergi López, Gerard Hernandez et François Morel. Pérez Cruz interprétera également trois personnages, dont Frida Kahlo, l’amante de Bartolí pendant son séjour au Mexique.

    Lors de la session WIP d’Annecy, Cruz a chanté un segment d’un poème du poète espagnol Miguel Hernández («Guerre») inclus dans le film, qui a été accueilli avec des applaudissements.